Maïs au Bénin : Une surproduction de 1 600 000 tonnes

0
255
Coupe du monde

Après le coton qui a battu tous les records de production cette année, c’est  le tour du maïs de connaitre une surproduction pour le compte de la campagne 2017-2018. 1 millions 600 mille tonnes de production de maïs pour la campagne 2017-2018, c’est le record enregistré par les producteurs béninois.

 Le Bénin, depuis l’arrivée au pouvoir du président Patrice Talon, ne cesse d’enregistrer des performances sur le plan agricole. Après le coton qui a connu une production record au cours de cette campagne, c’est au le tour du maïs d’enregistrer une surproduction. En effet, le Gouvernement  béninois, plus que jamais engagé pour finir avec la faim dans le pays, a mis en place des mesures incitatives qui ont permis aux agriculteurs de produire au titre de la campagne 2017-2018, plus de 1 600 000 tonnes de maïs contre une production de 1 200 000 tonnes la campagne précédente. Il faut rappeler que dans le cadre de la promotion des filières agricoles au Bénin, le gouvernement  a pris plusieurs mesures pour accroître la production des produits vivriers avec au premier plan le maïs. Au regard donc de  l’état des lieux de la production céréalière au cours de la dernière saison agricole fait par le ministre Gaston Dossouhoui, le Bénin serait en surproduction d’où la nécessité d’exporter les excédents. Ainsi, cette production abondante, nécessitant la recherche de débouchés, dans un communiqué conjoint du Ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche et de celui de l’Industrie et du Commerce, il est demandé instamment « aux forces de sécurité publique, aux agents des douanes et à tout autre corps de contrôle au niveau des frontières, de faciliter la sortie de ce produit » pour permettre d’écouler ces excédents de production et inciter davantage les producteurs à accroître la production de maïs les campagnes à venir. C’est donc clair qu’au Bénin, le maïs produit cette année, couvre les besoins nationaux; le coût du kilogramme relativement bas comparé à celui des campagnes précédentes témoigne de la disponibilité de cette denrée sur le territoire. Il faut noter que le maïs est la céréale la plus produite et l’une des plus consommée au Bénin. C’est l’un des aliments de base consommé par  la majorité du territoire national. Il entre dans divers mets  et s’adapte aussi aux habitudes alimentaires de nombreuses populations. Il joue donc un rôle de premier choix dans la sécurité alimentaire du pays.

Transformer sur place le produit 

Le Bénin fait l’option d’exporter le surplus de sa production pour encourager les producteurs à continuer sur cette lancée. C’est très bien, seulement la transformation sur place du produit serait très bénéfique pour les caisses nationales. Elle permettra surtout de créer de la valeur donc de multiplier le nombre d’emplois pour la jeunesse. Les usines de transformation de maïs peuvent transformer le produit en de multiples dérivés afin d’absorber le surplus de production. Les sociétés comme la Sobebra, les boulangeries et autres doivent désormais rivaliser d’imagination et d’ingéniosité pour créer des solutions qui permettront d’utiliser le maïs produit au Bénin. C’est le lieu également d’inviter les startups dans le domaine de l’agrobusiness de trouver des opportunités  d’affaires. La réduction de la faim fait partie des objectifs phares de l’Agenda 2030. Il faut donc saluer le leadership du président Patrice Talon qui est en train  de mettre le pays sur l’orbite du développement durable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Mettez votre commentaire
Entrer votre nom ici